A la une Dossiers du mois

Sanaa Afouaiz : “La révolution technologique offre l’opportunité pour les femmes de rétablir l’équilibre”


La jeunesse féminine est une source de richesse porteuse d’espoir. Nous donnons la voix à de jeunes femmes volontaires et déterminées qui, chacune dans son domaine, oeuvre pour un Maroc fort, ambitieux et juste.

Economie du futur
Sanaa Afouaiz, 27 ans, fondatrice de Womenpreneur Initiative

 “Les progrès incessants de la technologie dans toutes les formes de la vie humaine créent des opportunités uniques. Une fois de plus, notre civilisation est confrontée à des défis sans précédent liés à sa survie et son développement. La révolution technologique moderne offre l’opportunité rare pour les femmes de rétablir l’équilibre et de s’engager pleinement dans l’épanouissement du genre humain. Quelques constats chiffrés sur la situation actuelle : dans la région MENA, la participation des femmes est nettement inférieure à celle des hommes avec une main-d’œuvre féminine atteignant seulement 21 % contre 70 % du côté masculin et un chômage féminin de 19% pour 8 % chez les hommes en 2019. Et ce n’est pas fini. À cause de la pandémie de Covid-19, la région MENA a, pour l’heure, perdu 1,7 million d’emplois, dont 700 000 occupés par les femmes, soit plus de 40 %. Les principales touchées ? Les ouvrières travaillant dans les industries manufacturières et de services, les femmes du secteur informel, sans parler des employées qui se voient imposer des conditions de travail injustes et de toutes celles qui supportent également le fardeau supplémentaire du travail domestique non rémunéré. Nous sommes entrés dans le XXIème siècle avec tant de défis. Le monde arabe traîne toujours derrière lui le poids mort du débat sur la question de savoir si une femme a le droit d’exercer une certaine profession, de s’habiller de telle ou de telle manière ou encore de sortir jusqu’à telle heure. Si l’effet de la pandémie sur les moyens de subsistance durait des générations, surmonter cette crise devrait devenir une priorité nationale. Et faire en sorte que les femmes en fassent partie ne devrait pas tomber au bas de la liste des priorités. C’est un droit humain et c’est une nécessité économique pour le progrès. La région a un besoin urgent de transformer l’imagination sociale (individuelle et collective), la perception et les attitudes à l’encontre des droits des femmes.”

Prochain article : Imane Lahrich,  secrétaire générale du Forum Méditerranéen de la jeunesse

Commentaires

Commentaire