Fdm en coulisses

Ces femmes aux commandes de la RAM

Écrit par admin

Royal Air Maroc fait partie de ces entreprises où les compétences prennent le pas sur la notion du genre. Loin des stéréotypes liés au secteur aérien, qui voudraient que les femmes soient hôtesses de l’air et rien d’autre, la compagnie marocaine a fait le pari du talent conjugué au féminin. Rencontre avec les femmes de tête de la RAM.

9 heures. J’arrive devant une impo­sante bâtisse barricadée, sécuri­sée par un portail coulissant en fer forgé. Les agents de sécurité sont sur le front, prêts à faire reculer les intrus ou les curieux qui tenteraient de s’aventurer dans son enceinte. Je m’approche de la première porte pour décliner mon iden­tité et donner le nom de la personne que je dois rencontrer… Ça y est ! Je suis dans les locaux impressionnants du siège de la Royal Air Maroc, où les couloirs se suivent et se ressemblent. Mais pas question de me laisser vagabonder dans ce labyrinthe géant où les secrets de la première com­pagnie aérienne marocaine sont bien gar­dés. Je suis accueillie par Yasmine Fassi Fihri, responsable du pôle événements culturels, qui m’empoigne la main chaleu­reusement, un sourire accroché au visage. Cette jolie brunette sera mon précieux guide durant toute la matinée.

Objectif : faire la rencontre de femmes qui ont consacré une grande partie de leur vie à leur compagnie, une entreprise mythique qui “coule désormais dans leurs veines”, comme l’expliquent nombre d’entre elles.

Bouchra Bernoussi
La pionnière

On ne présente plus Bouchra Bernoussi. Nommée Commandant de bord sur les long-courriers et directeur des opérations sol depuis juin 2014, c’est en 1980 que l’une des deux premières pilotes de ligne au Maroc obtient son baccalauréat en sciences mathématiques au Lycée Omar Al Khayyam de Rabat. Son diplôme en poche, elle tente le concours national des pilotes de ligne. Cette année-là, près de 900 candidats s’y sont présentés pour seulement 18 places au total. Deux filles, dont Bouchra Bernoussi, feront partie de la 11ème promotion de l’école. Elle se souvient avec nostalgie qu’à l’internat, où régnaient en maîtres 400 garçons, il fallait savoir jouer des coudes pour s’imposer. Sa licence en poche, elle intègre la Royal Air Maroc où elle exerce la fonction de copilote sur Boeing 727 puis 757. En 1991, elle passe son stage “à gauche” pour être commandant de bord. Elle pilote alors le Boeing 727 de 1992 à 1998, puis le Boeing 737 Classique avant de passer en 2000 aux commandes des Boeing 737 Nouvelle Génération. Mère de famille, elle jongle habilement entre sa vie de maman et celle de pilote. Depuis juin 2013, elle est commandant de bord sur le Boeing 767, un gros-porteur transatlantique. La RAM, elle l’a dans la peau et ne conçoit pas son avenir ailleurs qu’ici et au-dessus des nuages. Pour elle, se confronter aux éléments est une manière de se remettre en question et de se rendre compte qu’on est tout petit dans cet immense univers.

 

Saida NAJIOULLAH
L’experte à toute épreuve

Après un diplôme en marketing obtenu à l’ESSEC, Saida Najioullah, l’actuelle directrice marketing de la compagnie, fait un rapide passage chez Alcatel pendant deux ans, à Paris, pour atterrir à la RAM il y a 10 ans déjà. En 2004, elle entreprend des études de marché et de faisabilité à l’époque où la compagnie souhaite devenir un important hub Africain. Elle sera ensuite représentante commerciale pour la compagnie à Toulouse et Londres, puis, entre 2008 et 2013, elle se verra confier la responsabilité de la politique tarifaire et revenue management. Une période difficile qui coïncide avec la grande libéralisation du marché aérien où la capacité des lowcost au Maroc a explosé, donnant du fil à retordre à la compagnie nationale. Une tâche compliquée que Saida Najioullah arrivera à relever avec brio. Pour elle,  en 2014,Royal Air Maroc, affirme son identité Africaine et accompagne en tant que  transporteur officiel, lesévénements majeurs sur le continent africain : la biennale de Dak’Art, le MASA à Abidjan, le FESPACO à Ouagadougou… Fière de la féminisation de la compagnie, elle y décrit un univers où les femmes sont sur le terrain, s’assument et travaillent en harmonie. “On dit que c’est plus dur de travailler pour une femme, car elle est perfectionniste” dit-elle tout sourire. Son avenir est bien évidemment à la RAM, qu’elle considère comme le vecteur de diplomatie marocaine, pourquoi pas de nouveau en tant que représentante de la compagnie sur un grand marché à l’étranger. Et quand elle rêve, c’est des 5 étoiles Skytrax que la RAM pourrait décrocher dans 10 ans.

 

Ilham Kazzini
Une main de fer dans un gant de velours

C’est en 2000 qu’Ilham Kazzini intègre la compagnie aérienne pour être en charge du revenue managementet de l’optimisation de la recette, après une classe préparatoire au lycée Mohammed V et des études d’ingénierie à Supélec Paris. Entre 2008 et 2009, elle est nommée représentante régionale de la région du Grand Casablanca. En tant que telle, elle gère les agences de voyage et la partie corporateavec un chiffre d’affaires de 1,2 milliards de dirhams.

Entre 2009 et 2011, Ilham Kazzini occupe le poste de responsable des accords internationaux et du pilotage commercial. Elle sera directrice marketing et service clients entre 2011 et 2012, pour enfin occuper le poste de directeur du pôle Développement et Support. Elle gère ainsi la DRH, la DOSI (Organisation et Systèmes d’Information) et la direction des Achats et Affaires Générales. À la question “comment concilie-t-on vie de famille et activité professionnelle ?”, Ilham Kazzini répond que tout est une question d’organisation. Pour preuve, elle n’a jamais fait appel à une baby-sitter en dehors des heures du bureau et a toujours fait en sorte d’être présente pour ses enfants, malgré un emploi du temps très dense. Pour elle, Royal Air Maroc, c’est une histoire de coeur, une entreprise qui lui a tout appris et qu’elle est bien décidée à accompagner dans son développement.

 

Khadija BOCOUM
La perle africaine

Malgré une licence en droit obtenue au Sénégal, Khadija Bocoum a toujours su qu’elle n’embrasserait pas une carrière de juriste. Encore enfant, son ambition était déjà d’être hôtesse de l’air ; un rêve de petite fille qu’elle va concrétiser en s’installant au Maroc, pour y suivre une formation initiale à l’école interne de la Royal Air Maroc. Elle rejoint ensuite Air Sénégal International, filiale de la RAM à 100 %, et y travaille pendant six ans en tant qu’hôtesse de l’air. C’est en 2011 qu’elle retrouve les avions de la Royal Air Maroc et intègre la compagnie en tant que chef de cabine subsaharienne. Ce qui lui plaît par-dessus tout dans son métier, c’est de rencontrer des gens de cultures et de pays différents tous les jours. La routine ? Elle ne connaît pas ! Si elle apprécie particulièrement l’attachement de la RAM à ses valeurs et ses racines, elle respecte profondément l’exemple de coopération installé entre pays africains par la compagnie. Sensible à cet ancrage continental, Khadija Bocoum aime à rappeler que la RAM, c’est aussi la meilleure compagnie régionale africaine et qu’elle emploie en son sein une centaine de navigants africains.

 

Fatiha el Alami
La spécialiste en droit

Fatiha El Alami a une tête bien remplie. Elle est incollable sur les questions juridiques qu’elle traite depuis de nombreuses années. Avec un parcours 100% Marocain, et après une licence et un DESA en droit international, elle se lance dans l’enseignement supérieur à Settat, à l’université Hassan 1er. En 2004, elle intègre 2M en tant que juriste, pendant huit ans, et prépare en parallèle un doctorat en droit international qu’elle complète avec un échange dans une prestigieuse université Américaine. Amatrice de challenges, Fatiha El Alami n’hésite alors pas à entreprendre un virage à 360 degrés en délaissant l’audiovisuel au profit du secteur aérien. En 2012, la spécialiste en droit rejoint en effet la RAM où elle débute en tant que manager études et contrats. Elle trouve ses marques dans cette entreprise qu’elle décrit comme un microcosme social qui reconnaît les compétenceset qui lui a offert l’opportunité de prendre en charge un poste à responsabilités.

 

Zineb Kaddioui
La perfectionniste

La spécialité de Zineb Kaddioui ? La gestion de la production de l’information financière et celle de la politique fiscale de Royal Air Maroc. Quand elle intègre  Royal Air Maroc, après un diplôme obtenu à l’ISCAE en 2002 et un cursus de préparation d’expertise comptable mémorialiste, elle se voit confier la maîtrise du processus financier dans son ensemble. Une tâche qui ne s’annonçait pas facile. Mais à force de rigueur, de passion pour ce métier mais également grâce à un beau travail d’équipe, elle parvient à relever le défi. Maman de deux enfants en bas âge, elle est parvenue à trouver un équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie familiale tout en privilégiant les moments de qualité avec ses proches. Ses perspectives d’avenir dans cette entreprise, où selon elle les femmes accèdent de plus en plus aux postes stratégiques, sont solidement ancrées et c’est avec certitude qu’elle se voit donc participer au plan de développement entamé par Royal Air Maroc. Les projets structurels et stratégiques… du pain béni pour Zineb Kaddioui.

 

KARIMA DARKI
La globe-trotteuse

Karima Darki a intégré Royal Air Maroc en 1988, après avoir été formée à l’école d’hôtesses de l’air de la RAM. Chef de cabine et manager PNC, elle gère actuellement une équipe de 100 personnes et admet volontiers que ce qui la passionne dans ce métier dynamique et sans routine, c’est que les vols et les passagers ne se ressem­blent pas. Depuis 26 ans de bons et loyaux services pour la compagnie, elle ne cesse d’apprendre de nouvelles choses et se fixe pour objectif majeur de voir arriver ses passagers à des­tination avec le sourire. Être une femme au sein d’une compa­gnie aérienne, pour Karima Darki, cela n’a rien d’exceptionnel tant elle n’a jamais ressenti de différence de traitement liée au genre. Pour elle, à la RAM, la compétence est primordiale et l’évolution de carrière se fait tout naturellement, en gravis­sant les échelons, grâce au travail et au mérite.

 

Zaïna Akbil
La force tranquille

Fraîchement diplômée de l’ISCAE, Zaïna Akbil décide de poursuivre ses études sous d’autres cieux et s’envole pour la capitale française, afin d’y entamer un DESS en ingénierie financière à la Sorbonne. Cette talentueuse financière est tout de suite repérée par le Crédit Lyonnais à Paris, et ne tarde d’ailleurs pas à y faire ses armes en tant qu’analyste crédit pendant trois ans. C’est en 2002 que son histoire avec la Royal Air Maroc débute. Elle est alors recrutée en tant que manager des financements, où ses principales missions consistent en la recherche et la mise en place des solutions et structures de financements pour les projets d’investissements, dont les acquisitions d’avions. Elle est également en charge de la gestion des relations avec les organismes de garantie et les bailleurs de fonds internationaux. En parallèle, elle prend en charge la gestion des risques de marché  et des opérations de “hedging”, ce qui lui vaut la gestion de la division des financements et des risques financiers en 2009. Depuis 2012, elle gère le département financement et trésorerie, qui coiffe en plus des financements et de la gestion des risques, la gestion de trésorerie, celle des règlements, et le suivi des créances. Après 12 ans d’expérience au sein de la compagnie, elle envisage l’avenir sereinement sous le signe du développement et de la modernisation. Ses mots d’ordre actuels sont la sécurité, la liquidité et la rentabilité des avoirs de la compagnie.

 

Sanaa Tazi
Au cœur du marché

Son baccalauréat en poche, Sanaa Tazi intègre le lycée Mohammed V pour y suivre une prépa maths sup/maths spé en 1998. Elle rejoint par la suite l’école d’ingénieurs de Grenoble et y décroche en 2003 son diplôme d’ingénieur en électronique. Son profil ne passe pas inaperçu et une entreprise américaine installée à Paris ne tarde d’ailleurs pas à l’embaucher en tant qu’ingénieur marketing et commercial. Toujours dans l’Hexagone, elle intègre ensuite Webhelp, le plus grand centre d’appel au Maroc, et y travaille en tant que Account Manager en collaboration avec les équipes basées au Maroc. Son histoire avec Royal Air Maroc débute quant à elle en 2011. Chargée de la partie pilotage commercial, elle propose des actions pour développer les indicateurs de performance et gère également la partie intelligence de marché qui consiste en un suivi rigoureux de tous les événements qui peuvent impacter Royal Air Maroc aussi bien en interne qu’en externe.

Fière de travailler pour une entreprise nationale qu’elle considère comme le porte-drapeau du Royaume dans le monde, elle voit en son expérience dans l’aérien la possibilité de vivre une nouvelle aventure chaque jour. Pour elle, Royal Air Maroc est une expérience de vie, un univers ouvert aux femmes où la question de la parité est intégrée aux moeurs de l’entreprise. Et dans dix ans ? Elle imagine sa compagnie cumuler les étoiles Skytrax, quadrupler sa
flotte et en ce qui la concerne, elle ira où les ailes de la RAM la porteront…

 

Noura Daoudi
La “challengeuse”

Diplômée de l’école Mohammedia d’Ingénieurs où elle obtient son diplôme d’ingénierie en Réseaux & Télécoms, Nora rejoint Royal Air Maroc en 2002, et y occupe plusieurs postes en l’espace de 12 ans. Elle fera ses débuts au sein du revenue management avant d’évoluer vers le domaine de la distribution. Depuis un an, elle est en charge de la politique tarifaire et l’optimisation du chiffre d’affaire “Pricing& Revenue Management” et dirige une équipe de 35 personnes, composée de deux tiers de femmes… un bel exemple de parité. Pour elle, son travail est un challenge continu, une aventure à laquelle elle croit. Que la RAM demeure la première com­pagnie régionale africaine, c’est son objectif et pour y parvenir, elle parie sur la consolidation des résultats et le développement dans la rentabilité. Mère de famille, les journées bien remplies de Nora Daoudi ne s’arrêtent pas aux heures de travail, car encore faut-il pour elle s’occuper de ses trois enfants, de 2, 5 et 8 ans. Son secret ? la gestion des priorités, un facteur indispensable pour combiner de front vie de famille et carrière.

 

HOYAM LOUASSIT
L’image de la compagnie

Cette communicante dans l’âme, diplômée de l’ESC Clermont, a déjà six ans d’expérience au sein de  Royal Air Maroc. Dès son retour au Maroc, elle rejoint Royal Air Maroc en tant que chef de produit Safar Flyer et s’occupe de la partie développement de produits de fidélisation et marketing direct. Ensuite, c’est tout naturellement qu’elle se dirige vers le département communication clients, au poste de manager, où elle renforce son expérience et gère toutes les facettes de la communication clients. Chef du département communicationclients, événements et sponsoring depuis un an et demi, elle organise des manifestations au Maroc, en Afrique ou à l’international et chapeaute toutes les opérations de trade marketing. Comme un poisson dans l’eau dans cette entreprise à laquelle elle doit ce beau parcours, Hoyam Louassit fait partie de cette génération de femmes occupant les postes stratégiques de la RAM, une compagnie qui, vraisemblablement, valorise les compétences, et seulement les compétences.

 

Commentaires

Commentaire