Fdm en coulisses

2M au féminin

Écrit par Basma El Hijri

Elles sont passionnées, brillantes et ambitieuses… Des femmes
actives qui concilient chaque jour leur passion pour leur métier et
leur vie familiale. Zoom sur la rédaction féminine de 2M.

Sanaa RAHIMI, la reine du JT

Son visage est familier au commun des Marocains. Elle, c’est la présentatrice vedette du journal de midi.  Son baccalauréat en poche, Sanaa Rahimi entreprend d’abord un premier cycle en droit à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Casablanca avant de poursuivre des études en journalisme audiovisuel. En 1998, elle rejoint l’équipe de 2M où elle commence une carrière trépidante. Journaliste polyvalente, elle intègre la rédaction du JT et y fait des synthèses de presse, des reportages et des voix-off avant de présenter le rendez-vous d’actualité matinal, “Télé-matin”, en 2001. Son charisme à l’antenne et son aisance face à la caméra renforcent sa notoriété et la propulsent sur le plateau du journal de 12h45. Depuis, cette journaliste émérite évolue dans cette entreprise qui respecte l’égalité des chances et la parité hommes-femmes. Un point important sur lequel Sanaa Rahimi insiste.

 

Manna EL YAHYAOUI, madame bourse

À 2M, cette jeune journaliste interpelle. Et pour cause, son accent sahraoui et sa bonne humeur contagieuse ne laissent personne de marbre. Avant de rejoindre la deuxième chaîne, Manna El Yahyaoui a étudié la langue de Shakespeare au British Council. Mais le journalisme est sa véritable vocation et elle choisit donc d’intégrer la chaîne régionale sahraouie à Laâyoune, sur laquelle elle présente une émission sociale, avant de retourner sur les bancs de l’école pour apprendre le métier à l’Institut Supérieur de Journalisme à Casablanca. Après une expérience dans la presse écrite, elle rejoint l’équipe de 2M en 2009. C’est au sein de cette entreprise, dans la rédaction du journal télévisé arabophone, que la jeune femme affûte ses armes avant d’intégrer l’équipe d’Éco News, un rendez-vous économique quotidien qu’elle présente en melhfa depuis un an. Manna El Yahyaoui tient à rendre hommage à ses racines en portant cette tenue traditionnelle qui rappelle la richesse de la culture marocaine.

 

Asmaa AINOUNE, la fibre humaine

Journaliste originaire de Kénitra aux moult qualités, c’est une femme respectée et appréciée par ses collègues. Asmaa Ainoune fait des études de journalisme à l’Institut Supérieur de l’Information et de la Communication de Rabat et rejoint la deuxième chaîne en tant que journaliste-reporter. C’est au sein de la rédaction de l’information qu’elle se découvre une fibre humaine et décide, en 2006, d’intégrer l’équipe de l’émission “Moukhtafoune”, qu’elle présente depuis un an. Cette expérience a changé sa vie. En effet, son contact permanent avec les familles qui souffrent de la disparition d’un être cher a bouleversé sa vision des choses. Sensible, Asmaa Ainoune a fait un grand travail sur elle-même pour que la douleur des gens ne se répercute pas sur sa vie personnelle. Heureusement que sa positive attitude lui permet de faire la part des choses et d’exercer son travail en toute objectivité !

 

Nadia HAMMOUCHI, reporter sans frontières

Du haut de ses 29 ans, Nadia Hammouchi a su prouver ses compétences et son professionnalisme. Le sourire toujours aux lèvres, cette journaliste est la bonne copine qu’on rêverait toutes d’avoir. Après des études en journalisme à l’Institut Supérieur de l’Information et de la Communication, elle intègre à plein temps la rédaction francophone de 2M où elle travaillait déjà à mi-temps. Sa rigueur lui vaut la confiance de ses supérieurs hiérarchiques qui décident de l’envoyer à Rabat, en tant que correspondante de la chaîne. C’est là qu’elle fait ses armes et apprend à gérer une équipe. De retour à Casablanca, elle est promue chef de la rubrique société au sein du département de l’information, un milieu très féminin. Sociable, Nadia Hammouchi s’y sent comme un poisson dans l’eau et entretient de bons rapports avec la plupart de ses collègues.

 

Ibtissam ZERROUK, l’esprit sportif

Bachelière en lettres modernes et issue de l’Institut de Formation des Journalistes, Ibtissam Zerrouk est depuis devenue spécialiste sports de 2M, où elle travaille depuis 14 ans. Présentatrice de “Que du sport”, cette passionnée d’exercices physiques, qui jouait déjà au football au collège en tant que gardienne de but, considère 2M comme une mère, une école de la vie qui lui a tout donné et tout appris. Adoptée par les équipes dès son arrivée, la jeune femme réalise alors son rêve de l’époque en rencontrant Lino Bako, Hassan Boutabssil ou encore Nawal Moutawakil. Passionnée par son métier, cette journaliste polyvalente aimerait diversifier les thèmes de ses émissions et consacrer un reportage au tennis et pourquoi pas, aux enfants surdoués. Mais Ibtissam Zerrouk a d’autres cordes à son arc. La culture, le théâtre et l’écriture font également partie de ses centres d’intérêt. Elle serait même en train d’écrire un roman…

 

Jamila CHADLI, la doyenne

C’est en 1984 que Jamila Chadli intègre 2M. Elle s’est depuis forgé une solide expérience en faisant son bonhomme de chemin dans plusieurs services de la chaîne. Puis, en 2006, elle rejoint celui des informations où elle occupe depuis le poste de rédactrice en chef des informations arabophones.  Pour elle, 2M est une deuxième famille qu’elle ne conçoit pas de quitter une seule seconde au bout de 26 ans de collaboration. Fidèle à cette chaîne qui lui a tout appris, Jamila Chadli fait partie de celles qui ont vu naître, puis grandir 2M. Les choses ont d’ailleurs bien changé depuis son arrivée. Si aujourd’hui la parité est érigée en valeur essentielle dans les équipes et à l’antenne, à l’époque, les femmes devaient se battre, travailler doublement pour faire leurs preuves et prouver aux hommes qu’elles pouvaient être leurs égales. Aujourd’hui, Jamila Chadli a toujours autant de projets en tête et caresse l’ambition d’accéder à un poste aux informations et programmes avec une petite préférence pour une émission pour enfants. Toujours prête pour de nouvelles aventures, Jamila !

 

Fathia CHEDDADEL AOUNI, la voix des ondes

Fathiya Laouni a 25 ans de métier. Cette femme pleine d’énergie a débuté sa carrière radiophonique dans les années 80, au moment de la libéralisation des fréquences en France. Elle travaille alors à Europe 2 et monte ensuite sa propre radio, Skyrock Rochelle, à 21 ans. Elle enchaîne par la suite avec un poste à Medi1 pendant 8 ans, en France, avant de rentrer au Maroc en 2009. La même année, c’est le début de l’aventure avec 2M où elle intègre la radio musicale pour y relever un défi de taille: donner plus de place à l’information. Pour cette rédactrice en chef, la radio est une drogue absolue ! Ce qu’elle aime particulièrement, c’est offrir aux auditeurs la primeur des news, qu’ils soient dans leur salle de bains ou leur voiture. Elle décrit l’expérience radio comme une montée d’adrénaline permanente. Aussi, la parité hommes-femmes lui tient à cœur. D’ailleurs, les femmes sont majoritaires dans son équipe puisqu’elles sont 6, sur 10 personnes. Professeur de journalisme dans une vie parallèle, elle se consacre également aux jeunes créateurs marocains à qui elle a tout simplement ouvert sa maison pour donner une impulsion à leurs projets.

 

Touria FARSI, Wonder Woman

Touria Farsi a poursuivi des études de droit public avant d’intégrer l’Institut de Formation des Journalistes. En 1998, elle rejoint 2M et travaille sur un bon nombre d’émissions telles que “Tayarat” ou “Moubacharatan Maâkoum”. En 2007, elle débute au moment du lancement de la rédaction amazighophone et travaille sur les grands axes stratégiques de cette nouvelle formule. Elle est ainsi nommée rédactrice en chef adjointe amazighe. Elle y apprend à gérer une équipe et acquiert une polyvalence qui lui permet de travailler sur plusieurs formules. Pour elle aussi, 2M est une famille avec laquelle elle passe plus de temps qu’avec les siens. Elle aime particulièrement l’ambiance de la chaîne qu’elle trouve extraordinaire. Les liens tissés avec les équipes sont forts et cette connivence qui s’est installée avec le temps, elle y tient absolument. Bien qu’enceinte jusqu’au cou et malgré une grossesse compliquée, Touria Farsi ne parvient pas à lever le pied. Maman de quatre enfants, cette Wonder Woman s’est lancé un défi : concilier vie de famille et passion pour ce métier qui lui donne des ailes. Pari réussi !

 

Commentaires

Commentaire