Edito

Un air de vacances…

Écrit par Zineb Taïmouri

L’été 2022 donne à voir un air de déjà vu. C’est presque un remake des deux saisons précédentes, une sorte de partition qui joue les répétitions. En juillet de l’année dernière, au lendemain de la fête de l’Aïd el kébir, la pandémie de Covid-19 s’est rappelée à notre bon souvenir avec force, avec son lot de contaminations, de décès et d’hôpitaux sous pression. Les mesures sanitaires et de vigilance ont fini par avoir raison du maudit virus.

Depuis le printemps dernier, tout était sous contrôle à tel point que la vie a repris ses droits. Les rencontres, les rassemblements et les festivals qui nous avaient tant manqués étaient de retour un peu partout, que ce soit à Essaouira, Fès, Casablanca, Rabat, Marrakech, Agadir… Le public retrouvait ses chanteurs et ses musiciens préférés pour danser, chanter et s’éclater. En somme, le retour à la vie normale, celle à laquelle nous aspirons toutes et tous.

Malheureusement, les chiffres annoncés au rythme des bulletins de santé quotidiens du ministère de la santé nous font craindre le pire. Les cas de contamination sont de plus en plus élevés, et ce qui est encore plus grave, c’est la hausse des décès…

Pourtant, cet été que nous attendions avec impatience pour recharger nos batteries, déstresser, changer des habitudes et apprendre à lâcher prise pourrait, si on n’y prend pas garde, virer au cauchemar. Ce scénario que nous ne voudrions jamais voir se réaliser exige une véritable prise de conscience des dangers de ce virus et de ses variants.

En cette saison estivale que nous espérons propice au farniente et au repos, la menace d’un déficit en eau potable plane sur plusieurs villes touristiques marocaines, incitant les uns et les autres à préserver cette ressource naturelle si précieuse pour la vie. Mais que ce soit pour notre santé ou pour notre environnement, nous avons le pouvoir de prendre le contrôle en adoptant les bons gestes et de meilleurs réflexes. C’est ce qui nous permettra de profiter pleinement de nos vacances.

Ce bonheur de la liberté ou ce temps des rêves, comme les sociologues se plaisent à l’appeler, nous permet de nous ressourcer, de prendre le temps de ne rien faire ou de faire les choses qui nous plaisent, à notre rythme. C’est aussi l’occasion de (re)découvrir les merveilleux trésors de notre beau pays, ou encore de suivre le fabuleux destin de nos Lionnes de l’Atlas, prêtes à en découdre avec leurs adversaires, à s’élancer vers le sacre de la Coupe d’Afrique des Nations, et s’envoler ensuite vers l’Australie pour y disputer la Coupe du monde féminine de football en juillet de l’année prochaine. L’été n’est-il pas la saison de tous les rêves et de tous les possibles ?

Bonne lecture et bel été à toutes et à tous.

Commentaires

Commentaire

Commentaires

Commentaire