Edito

Le droit à la paresse

Écrit par Zineb Taïmouri

“L’expérience montre que la meilleure période pour prendre de bonnes résolutions est la saison d’été.”

Ah l’été ! Quelle belle saison ! Après une année studieuse et difficile, entre la scolarité des enfants, les tracasseries du travail, les hauts et les bas de la vie quotidienne et tout ce qui a peu à peu réduit notre énergie au minimum, il est temps de recharger les batteries. Partir en vacances, se refaire une santé, s’occuper de soi et des siens, lâcher prise et vivre un peu pour soi… C’est le moment !

Et si on décrétait l’été 2017 saison de la paresse ? Ne rien faire qui puisse nous fatiguer ou nous agacer. Sortir du train-train quotidien, remettre en place ses idées, redéfinir ses priorités, se remettre au sport, devenir végétarien, faire du yoga ou nettoyer son répertoire. Il y a tant de choses que nous souhaitons faire depuis longtemps sans avoir pu les réaliser. L’expérience montre que la meilleure période pour prendre de bonnes résolutions n’est pas la fin de l’année civile mais bien la saison d’été. Le soleil et le repos sont plus propices à changer sa manière d’appréhender sa vie.

Et quid de la déconnexion numérique ? En effet, depuis l’avènement des réseaux sociaux et des emails professionnels, nous passons notre vie connectés, parfois par plaisir, souvent par habitude et même pour des raisons professionnelles. C’est ainsi qu’en France, depuis le 1er janvier 2017, des négociations professionnelles sur “le droit à la déconnexion” ont été entamées par les partenaires sociaux. Inscrit dans le Code du travail, l’article 55 stipule que les entreprises de plus de 50 salariés doivent ouvrir des négociations pour mettre en place des dispositifs de régulation des outils numériques, afin de respecter les temps de repos et l’équilibre entre vie professionnelle et personnelle. Serons-nous obligés de recourir à de telles lois un jour au Maroc? En tout cas, le stress qui maintient notre corps et notre esprit sous pression constante est le plus grand mal de notre époque. Réussir, subvenir aux besoins de ses proches et avoir de l’ambition ne doivent pas devenir des substances toxiques à notre santé physique et mentale. Le chemin vers le bonheur passe par des pauses pour regarder en arrière et mieux envisager l’avenir.

Alors, de grâce, chères lectrices, chers lecteurs, profitez de l’été, soyez fainéants pour une fois et surtout, déconnectez-vous, chouchoutez-vous et faites vous plaisir. Nous le valons bien !

Commentaires

Commentaire