Cuisine fil info

Omelette japonaise au riz

Écrit par FDM

L’Omelette au riz, dite Omerice (contraction du mot omelette et du mot rice) est un plat très populaire au japon et en Corée. Nous partageons avec vous la recette de Fatima Moufid, une Marocaine installée au japon depuis plus 25 ans.

Ingrédients

pour le riz :

 300 grammes de riz préalablement cuit dans de l’eau

 200 grammes de blancs de poulet coupés en petits cubes

 1 oignon

 50 g de champignons

 6 cuillères à soupe de ketchup

 1/2 cuillère à café de sel

 1/2 cuillère à café de poivre

pour l’omelette :

 2 œufs

 Une petite pincée de sel

 Huile pour la cuisson

Préparation

étape 1 : préparer le riz

 Hachez l’oignon et coupez le champignon en lamelles.

 Préchauffez une grande poêle avec un filet d’huile sur feu moyen. Mettez-y l’oignon et faites-le revenir quelques minutes jusqu’à ce qu’il devienne tendre.

 Ajoutez les cubes de blancs de poulet, les champignons, le sel et le poivre. Mélangez et cuisez le tout jusqu’à ce que vos blancs de poulet soient bien cuits. Écrasez les champignons en petits morceaux lorsque vous mélangez.

 Ajoutez le ketchup et cuisez une minute tout en remuant.

 Ajoutez le riz et incorporez-le aux autres ingrédients, laissez cuire une minute en remuant.

étape 2 : préparer l’omelette

 Cassez les œufs dans un bol, ajoutez-y une petite pincée de sel et battez le tout avec une fourchette.

 Préchauffez une poêle avec un peu d’huile sur feu moyen.

 Dès que la poêle est chaude, versez l’omelette et étalez-la finement.

 Une fois votre omelette presque cuite, déposez une bande de riz au centre, puis rabattez les bords de l’omelette sur le riz.

 Versez immédiatement dans un plat, décorez avec un peu de ketchup si vous le souhaitez, servez avec le restant de riz et éventuellement des brocolis, de la laitue ou des choux de Bruxelles.

Interview de Fatima Moufid

Qui êtes-vous ?

Je suis une Marocaine qui vit au Japon depuis 25 ans. Parallèlement à mon activité, j’enseigne la gastronomie marocaine à travers des cours de cuisine, à la maison ou à la télévision.

Vous a-t-il été facile de vous intégrer à la société japonaise ?

J’ai du relever certains défis : la barrière de la langue sans laquelle vous ne pouvez vous intégrer et la multiplicité des cultures et des mentalités qui constituent aussi un obstacle.

Les Japonais apprécient-ils la cuisine marocaine ?

Les Japonais sont très sélectifs dans le domaine du goût. Le couscous et les tajines marocains ont désormais envahi les restaurants, à tel point que les plats à tajine sont vendus dans les magasins dédiés à la maison et même fabriqués localement.

Trouvez-vous sur place les épices et les produits marocains ?

À mon arrivée dans les années 90, c’était quasiment impossible. Mais de nos jours, on en trouve facilement.

Vous a-t-on déjà demandé de faire des sushis aux saveurs marocaines ?

J’ai essayé une fois de réaliser des sushi rolls à la marocaine  mais ça n’a pas vraiment abouti. Néanmoins, j’essaie de répondre aux demandes en utilisant certains aliments japonais comme le tofu, le soja ou certaines herbes.

De quelle façon les Japonais dégustent-ils les tajines ?

Mes étudiants apprécient notre façon d’éplucher les légumes, d’assaisonner, de saucer avec le pain ou de manger dans des grandes assiettes. Je dresse toujours ma table avec des couverts mais certains d’entre eux ne pensent même pas à les utiliser.

Quel conseil donneriez-vous aux femmes qui souhaitent vivre à l’étranger ?

Respecte la culture du pays hôte. Accepte d’être accepté et mets-toi en tête que personne ne te pousse à rogner tes origines. Soit donc un bon exemple pour atteindre tes rêves, telle est ma vision ! υ

Commentaires

Commentaire