A la une Actus

Women in Africa, un nouveau sommet et un leadership féminin toujours aussi impressionnant


Les femmes ont un rôle majeur dans la construction du continent africain, comme ne cesse de le marteler, avec force, Aude de Thuin, fondatrice de Women in Africa (WIA) qui a tenu une conférence de presse, ce 13 juin au siège de la CGEM pour annoncer le lancement de son troisième sommet annuel les 27 et 28 juin à Marrakech. Un événement qui compte bien, une nouvelle fois, booster l’empowerment des femmes africaines.

Sa colère n’a pas faibli. Aude de Thuin, fondatrice de Women in Africa (WIA) annonce le lancement de son troisième sommet annuel les 27 et 28 juin à Marrakech afin que le continent africain brille toujours plus grâce au leadership féminin. « On ne plus continuer dans un monde tel qu’il est aujourd’hui », lâche-t-elle dans son discours d’ouverture après avoir évoqué la chronique de l’éditorialiste du Point, Nicolas Baverez, affirmant dans son papier intitulé « La femme est l’avenir de la croissance » que « la part des femmes dans la progression de l’activité et des niveaux de vie est centrale. Dans les pays développés, le progrès de l’éducation des filles entre pour un quart dans la croissance enregistrée au cours des cinquante dernières années ». Et Aude de Thuin de souligner que « l’Afrique est le premier continent regorgeant de femmes entrepreneuses avec un taux de 26% »…

Des questionnements et des leviers de performances

Pour la troisième édition de Women in Africa (WIA) Initiative, le sommet compte rassembler 500 personnes venant de 75 pays. Parmi eux, des leaders économiques, gouvernementaux et culturels, ainsi que des délégations de femmes originaires du Moyen-Orient, des États-Unis, d’Asie, en plus des femmes et hommes venant des 54 pays du continent africain, réunis pour rassembler leur force et se pencher sur le thème transversal : « Comment les femmes africaines engagent le monde et créent un nouveau paradigme. ». Au programme, quatre masterclasses, quatre sessions de « Meet With », à savoir des rencontres entre représentants des délégations pays et sectorielles ainsi que de nombreux temps forts comme des panels autour des thèmes « Afrique-Asie : dynamiques Afrique-Asie », « Afrique-Amérique Engager l’Amérique dans une nouvelle relation avec une Afrique plus visible » ou encore « Afrique-Europe Changer la donne des rapports futurs », toujours sous l’angle féminin. Pour cette édition, le domaine des Sciences sera mis en avant à travers l’atelier « Sciences : les femmes africaines agents du changement » afin de créer un environnement pour qu’il y ait davantage de femmes scientifiques ingénieures et médecins en Afrique. Autre moment attendu : une session exceptionnelle autour de la corruption qui a été concoctée autour de la question : « La corruption a-t-elle un sexe ? ».

Experts et hommes WIA

WIA Initiative a aussi une autre force, et pas des moindres, à savoir celle des hommes qui soutiennent les femmes et qui souhaitent s’engager pour promouvoir cette initiative. Elle leur donne ainsi la parole lors du panel « Men with WIA » dans lequel interviendra, notamment, Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique. Parmi les intervenants présents durant ces deux jours d’exception, Salaheddine Mezouar, président de la CGEM ainsi qu’Alexandra Palt, vice-présidente exécutive de la Fondation L’Oréal, Rim Bennani, vice-présidente Sales South Asia OCP ou encore Alyse Nelson, présidente et directrice de Vital Voices Global Partnership.

  • L’agriculture, un domaine clef, un prix
  • La nouveauté de cette année ? Le Prix de la femme agricole africaine de l’année by WIA et OCP, récompensant une femme africaine investie dans le domaine de l’agriculture en Afrique. Une première essentiellement puisque sur le continent, les femmes participent largement à la production agricole et à la transformation des produits. En clair, une édition, un souffle, une dynamique, essentielle, à suivre !

____________________________________________
L’émergence d’une nouvelle génération de femmes leaders

La conférence de presse a également été l’occasion de dévoiler la nouvelle étude Havas Horizons en partenariat avec Women in Africa baptisée « Regard sur la place des femmes en Afrique : émergence d’une nouvelle génération de leaders féminins ». Résultat : les sondés sont optimismes concernant l’amélioration de la place des femmes en Afrique. Pour preuve, 72% des répondants* estiment que l’égalité femme-homme évolue positivement ces dernières années. Mieux encore. 96% d’entre eux pensent que l’émergence d’une nouvelle génération de leaders féminins à vocation à s’accélérer. En d’autres termes, l’Afrique semble être le continent de l’entrepreneuriat au féminin. Partout ? Les disparités sont de mise. En effet, le leadership féminin est inégal selon la région, en tout cas, d’après le sentiment des sondés. Alors que l’Afrique de l’Ouest arrive en tête des zones dans lesquelles émergent une nouvelle génération de femmes leaders, l’Afrique du Nord se classe… en avant-dernière position…

 

* Panel de 100 personnes interrogées du 10 janvier au 15 février, 54% en Afrique et 46% hors Afrique, issus du panel Women in Africa et Havas Horizons.

 

 

Commentaires

Commentaire