A la une Actus

Timitar off : le patrimoine des Rwayess focalise toutes les attentions

Écrit par FDM

Le festival Timitar off propose comme chaque année une réflexion approfondie sur une thématique liée au patrimoine amazighe. Cette année, le colloque a choisi pour thématique « Les Rwayess du Souss : Patrimoine immatériel Amazigh, à sauvegarder et à transmettre ».

 

Le choix de la thématique du colloque du Festival Timitar de cette année répond au besoin pressant de la préservation du patrimoine immatériel amazigh qui a besoin de toutes les attentions pour le conserver et le protéger. « L’idée principale qui sous tend le festival Timitar est la défense de l’amazighité, mais également rappeler au monde entier que la culture est ouverte sur le monde. Dans ce sens, le festival se décline en deux parties : en journées, ce sont des réflexions et des débats, et les soirées sont consacrées à la musique et la chanson grâce à une programmation soigneusement sélectionnée par Brahim EL Mezned. Ce colloque est dès lors l’occasion parfaite pour réfléchir à des problématiques liées à la culture et au patrimoine Amazigh», a tenu à rappeler Khalid Bazid, directeur du Festival Timitar en ouverture du colloque.

Prenant la parole à son tour, Brahim El Mezned, directeur artistique du Festival Timitar, a mis en exergue les dangers qui guettent le patrimoine et la musique des Rwayess du fait de la disparition de ses pionniers et de l’inexistence d’un mode de conservation et d’archivage à même de préserver cette mémoire. Aussi l’anthologie de la musique Rwayss, travail de longue haleine menée actuellement par Brahim El Mezned pourra effectivement préserver ce patrimoine. « Cette œuvre, éditée par l’association Atlas Azawan et enregistrée au Studio Hiba, sera disponible vers la fin de l’année, et nous la mettrons gracieusement à la disposition des bibliothèques, médiathèques et universités », précise-t-il. Ce travail et toutes les actions entreprises ces dernières années avec des associations et l’UNESCO portent sur un projet ultime : l’inscription du patrimoine des Rwayess au patrimoine immatériel de l’humanité.

Le riche débat qui s’en est suivi a permis à El Houssain Moujahid secrétaire général de l’IRCAM, Sanae Allam, responsable de projets culture, bureau de l’UNESCO pour le Maghreb, Mustapha Nami, archéologue préhistorien et chef du service du Patrimoine Culturel Immatériel au Ministère de la Culture, Mohammed Oualkach, auteur de deux ouvrages sur les Rwayss et animateur radio, et Ahmed Bouzid, poète et chercheur amazigh, de replacer au centre des préoccupations actuelles la valeur essentielle de ce patrimoine immatériel amazigh, et d’attirer l’attention sur l’urgence de préserver ce patrimoine immatériel de grande valeur voué à s’éteindre prochainement si rien n’est fait.

Le colloque d’Agadir a également eu pour mérite de déblayer la voie, de sensibiliser quant à l’importance de l’inscription de l’art des Rwayss, patrimoine immatériel Amazigh au patrimoine  immatériel de l’humanité. Le travail en amont réalisé par les chercheurs, les musicologues et les associations pourraient permettre à ce dossier d’être soumis à l’approbation et à l’examen en vue de son inscription l’année prochaine au patrimoine de l’humanité. Les actions

 

Commentaires

Commentaire