A la une Actus

Studio des Arts Vivants : La société marocaine vue par le comédien Jalil Tijani

Écrit par FDM

Dans son one-man-show « Jeux de société » joué le 9 mars au Studio des Arts Vivants Casablanca, Jalil Tijani se met dans la peau d’une panoplie de personnages, tentant de dépeindre au mieux la société marocaine.

Un fonctionnaire prêt à toutes les contorsions pour flatter son patron et obtenir une promotion, une bourgeoise coupée de la réalité et enfermée dans sa tour d’ivoire et de commérage, un chauffeur de taxi oscillant entre clichés et éclair de génie… Dans son one-man-show « Jeux de Société » interprété le 9 mars au Studio des Arts Vivants Casablanca, Jalil Tijani dresse, à travers une galerie de personnages pleine d’esprit et de contradictions assumées, le portrait bienveillant et hilarant d’un Maroc dont l’identité évolue au gré des rencontres. Le comédien n’épargne personne, mais toujours avec humour, comme cette « jeune file encline à un matérialisme carnivore (« Avec Karim, ça fait au moins cinq sacs à main qu’on est ensemble maintenant …») ou encore un cadre caressant et soumis, prêt à tout pour gagner les faveurs de son patron (« vous me connaissez a sidi, je suis quelqu’un d’intègre et j’ai toujours dit ce que vous pensez… » », explique-t-il dans un communiqué. Dans ce one-man-show mêlant darija et français, « j’y aborde les clivages d’une société, certaines de ses moeurs, ou encore la question du racisme », poursuit le comédien qui est également l’auteur de ce texte. Jalil Tijani a ainsi voulu « désamorcer des tensions par le biais du rire », insiste-t-il, en reprenant ensuite Henri Bergson : « Le rire a pour fonction de réprimer les tendances séparatistes et de réadapter chacun à tous ». Son envie ? « Avec ce spectacle, j’espère sincèrement réussir à décrisper des tensions, avec la délicatesse et la bienveillance d’un rire joyeux, puisque c’est, pour moi, de cela dont il s’agit ».
Rendez-vous le 9 mars à 21h au Studio des Arts Vivants Casablanca pour y découvrir les « Jeux de société » propres au Maroc.

 

Commentaires

Commentaire