A la une Actus Société

Qu’est-ce qu’être une femme marocaine aujourd’hui ? (Enquête IMAGES)

Écrit par FDM

L’identité des femmes est en mutation au Maroc malgré les résistances des hommes et des femmes, comme l’assure l’ONU Femmes pour les pays arabes qui est à l’origine de l’enquête IMAGES MENA, en partenariat avec Promundo, menée à Rabat-Salé-Kénitra dans le cadre du programme régional « Men and Women for Gender Equality ».

Etre une femme aujourd’hui, qu’est-ce que cela signifie ? C’est la question qu’a posé l’ONU Femmes Maghreb lors de l’enquête IMAGES MENA menée à Rabat-Salé-Kénitra dans le cadre du programme régional « Men and Women for Gender Equality » dont les résultats ont été récemment révélés. 2 400 personnes (50% d’homme et 50% de femme) âgées de 18 à 59 ans, ont ainsi interrogés, de mai à juillet 2016, sur cette question durant  des entretiens collectifs. Résultats : L’image du rôle de la femme a changé. Celle d’« avant »  était faible et dépendante, avait peur de son mari et son rôle était de mettre des enfants au monde tout en s’occupant de sa maison, comme l’ont défini les femmes interrogées, même si un peu moins de la moitié d’entre elles conserve encore cette idée en tête. Et la femme d’aujourd’hui alors ? Elle « a pris tous les chemins maintenant ; elle a pris ses droits avec ses propres mains ; on ne peut plus lui imposer des choses », comme le ressentent globalement les hommes, soupçonnant même certaines d’être devenues égoïstes alors qu’auparavant elles se sacrifiaient pour leur famille… Concernant les tâches domestiques, les femmes continuent à en exercer la quasi-totalité
. Si elles l’acceptent majoritairement, elles considèrent qu’elles doivent au moins obtenir de la reconnaissance, indique l’agence onusienne. Sinon les tâches les plus communément effectuées par ces messieurs sont désormais jouer avec leur enfant ou avoir différentes activités avec eux (59% contre 43% pour les femmes), à l’école,  le chercher ou encore le réprimander si nécessaire. Mais le plus marquant pour l’ONU Femmes Maghreb, c’est que les représentations ont évolué et l’assignation
 « naturelle » des rôles n’est plus très claire et brouille les identités. La preuve : lors d’un entretien, une femme d’une quarantaine d’année s’est définie à partir d’une caractéristique masculine qui remet en cause son « statut social de femme » :
« Être un homme, c’est être responsable. Et comme je suis responsable de tout, je sens que je suis un homme ».

Commentaires

Commentaire

loading...