A la une Actus

Nouvel an amazigh : La diva Hadda Ouakki en concert au Boultek

Écrit par FDM

Pour célébrer le nouvel an amazigh, le centre de musiques actuelles Boultek en partenariat avec l’association Tamaynut organise vendredi 12 janvier un concert magique avec au micro la diva Hadda Ouakki.

La voix puissante de la diva Hadda Ouakki va résonner le vendredi 12 janvier au Technopark à Casablanca. Pour célébrer le nouvel an amazigh 2968, le centre de musiques actuelles Boultek en partenariat avec l’association Tamaynut a invité la grande Dame de la chanson du Moyen Atlas et figue emblématique de l’art de la Aïta a venir se produire sur scène. Depuis la fin des années 60, cette artiste porte haut les couleurs de la chanson amazighe et s’inscrit, par ses textes, dans cette tradition musicale qui mêle quotidien et poésie.
 Cette native de Zaouit Aït Ishaq dans la région de Khénifra, a fait ses débuts en compagnie du maître Bennaceur Oukhouya et est restée, longtemps, l’une des rares chanteuses amazighes à dépasser les frontières de sa région pour s’imposer tant au Maroc qu’à l’étranger.


Durant la soirée concoctée par les organisateurs, le concert du duo amazigh Amawas & Artuf ainsi que la prestation du DJ casablancais Mr ID qui a été bercé par le rap américain, le jazz et le funk. De son vrai nom Abderrahman Hafid, le DJ décide très vite d’intégrer les patrimoines marocain et africain à son identité musicale. Sa touche ainsi trouvée et ses études terminées (d’abord une licence en économie et gestion puis un BTS en audiovisuel), il sillonne les plus grands clubs du Maroc, avant de signer avec plusieurs labels internationaux à l’instar d’Offering Recroding, en Belgique, Kingdom Kome Kut, au Royaume-Uni, ou encore Latin Lovers Records, aux Pays-Bas.
 Bref, rendez-vous vendredi 12 janvier à 20h30, à 20h pour le plein de musique, de partage et de convivialité.

 

Tenues traditionnelles, repas id yennayer et thé à volonté sur place.
Tarif : 60 DH en prévente, 70 DH sur place
Salle 36 Technopark à Casablanca

Commentaires

Commentaire