A la une Actus

“L’Olivier de la Fraternité” célèbre les retrouvailles pour la paix, et la reconnaissance de nos provinces du sud (photos)

Écrit par FDM

Fidèle à ses engagements et à sa mobilisation pour instaurer un esprit civique au sein de la jeunesse, l’association Marocains pluriels a choisi de célébrer les retrouvailles pour la paix et la reconnaissance de nos provinces du Sud en plantant l’Olivier de la paix.

 

“Notre Pays est au cœur de profonds bouleversements, non pas en tant que spectateur mais en tant qu’acteur ! Acteur de promotion de la paix et acteur du combat identitaire et territorial mené par nos parents avant nous. Au premier rang bien sûr de ces avancées historiques, notre Souverain : ce qu’il vient de réussir est un véritable tournant pour notre pays et les années qui viennent -sur le court et le long terme- nous montreront à quel point la reconnaissance de nos Provinces du Sud par les USA et la reprise des liens avec Israël sont capitales, les liens qui unissent Compatriotes Musulmans et Juifs sur le territoire national et ceux qui unissent les plus de 800.000 ambassadeurs d’origine marocaine – qui y vivent- avec le Maroc, sont si vivaces”, rappelle Ahmed Ghayet, président de l’association Marocains pluriels.
Aussi, et pour marquer d’une pierre blanche ces moments historiques, l’équipe du SOC -Stade Olympique Casablancais Simon Pinto- et les membres de Marocains Pluriels, habitués à une collaboration fraternelle, par exemple à travers leur Ftour Pluriel annuel, accompagnés d’artistes, de personnalités de la société civile, d’entrepreneurs, de femmes et d’hommes de Lettres… ont célébré ces Retrouvailles, cette refondation -pour la Paix et pour la reconnaissance de nos Provinces du Sud – par un geste symbolique : ensemble ils ont donc décidé de planter un “Olivier de la Fraternité, pour la Paix”, dans le jardin du SOC , en signe de fraternité et d’engagement pour l’avenir – fidèles en cela à l’héritage et au patrimoine ancestral et pluriel de notre Nation- inscrit dans le marbre du préambule de notre Constitution.

Commentaires

Commentaire