A la une Actus

Les auteures Bahaa Trabelsi et Yasmine Chami au Sofitel de Paris

Écrit par FDM

Les auteures marocaines Bahaa Trabelsi et Yasmine Chami étaient à l’honneur le 14 décembre au Sofitel Paris Baltimore Tour Eiffel à Paris lors des Escapades littéraires organisées par le groupe.

Les lauréates du prix littéraire Sofitel Casablanca Tour Blanche, Bahaa Trabelsi et Yasmine Chami, ont présenté leur livre, respectivement “La Chaise du Concierge“ et “Mourir est un enchantement“ au Sofitel Paris Baltimore Tour Eiffel à Paris lors des Escapades littéraires. Pour ce dernier roman, Yasmine Chami qui est historienne et diplômée d’anthropologie à La Sorbonne, a également décroché le prix du jury du Prix de la littérature arabe, décerné par l’Institut du monde arabe et la Fondation Jean-Luc Lagardère.
Mourir est un enchantement“ raconte l’histoire de Sara, une femme marocaine de 40 ans qui décide de se remémorer ses souvenirs, après avoir reçu un diagnostic médical inquiétant. La voici qui, presque inconsciemment, prend son grand sac en toile dans lequel se trouvent pêle-mêle toutes ses photos de famille. Parents, frères, oncles, tantes, jeunes gens des années 70 dans ce pays qui se trouvait à l’orée d’un basculement irréversible, tout lui revient. Un roman, qui en plus d’être un livre intime, donne une nouvelle lecture du Maroc à travers son regard, celui d’une femme indépendante, comme le furent, avant elle et d’une autre façon, sa mère et ses grand-mères.
Quant à polar “La Chaise du Concierge“, la journaliste Bahaa Trabelsi plonge le lecteur à Casablanca, dans une ville où un serial killer sévit. Il signe ses crimes d’une citation coranique, convaincu d’être désigné par Dieu pour épurer la ville de ses “mécréants“. L’enquête est menée par un commissaire alcoolique et dépressif qui, par la force des choses, côtoie Rita la journaliste. Mais cette femme émancipée, riche d’une double culture, occidentale et marocaine, n’est-t-elle pas une cible idéale pour ce tueur ? Trois voix, trois personnages dont les destins seront à jamais scellés. En bref, deux livres à lire.

Commentaires

Commentaire