A la une Actus

L’éducation sexuelle pour prévenir les grossesses précoces

Écrit par FDM

L’éducation, y compris l’éducation sexuelle, est l’une des solutions efficaces pour lutter contre les grossesses précoces, comme le met en avant l’Unesco dans ses recommandations diffusées lors du Sommet de la planification familiale organisé à Londres le 10 juillet.

Les filles sont cinq fois plus susceptibles de devenir mères lorsqu’elles ont un faible niveau de scolarité, comme le pointe du doigt l’Unesco qui diffuse une fiche détaillée sur les « Grossesses précoces et non désirées : recommandations à l’intention du secteur de l’Education » à l’occasion du Sommet de la planification familiale. Les grossesses précoces et non désirées ont des conséquences lourdes voire néfastes sur les jeunes filles. Tout d’abord, les complications liées à la grossesse ainsi qu’à l’accouchement restent la deuxième cause de décès chez les 15-19 ans, et ensuite, leur avenir est tout autant chamboulé puisqu’elles sont obligées de quitter le chemin de l’école, voire l’ont abandonné depuis un moment mais seront dans l’incapacité de le reprendre. Or, comme insiste l’Unesco, l’Education nationale a un rôle très important à jouer et prend l’exemple d’un programme mis en place en Inde qui a révélé que les filles scolarisées en secondaire ont 70 % moins de chances de se marier précocement que les filles analphabètes.

Dans son document, l’organisation des Nations Unies encourage également l’intégration de l’éducation sexuelle dans les programmes scolaires pour prévenir les grossesses. « La grossesse doit être abordée dans le cadre plus large des compétences pour la vie ou de l’éducation sexuelle, et non comme un sujet marginal et distinct, a insisté Joanna Herat, responsable principale de projet à l’Unesco. Le fait de l’intégrer dans les compétences pour la vie ou l’éducation sexuelle signifie également que le sujet est abordé avec les filles comme avec les garçons – en reconnaissant que les élèves, aussi bien les garçons que les filles, ont un rôle à jouer pour prendre des décisions pour une vie sexuelle saine, aujourd’hui et demain ». Autre recommandation de l’Unesco : veiller à ce que toutes les filles, notamment celles qui sont enceintes et mères, puissent faire valoir leur droit à l’éducation dans un environnement scolaire sûr et favorable.

 

 

 

Commentaires

Commentaire