A la une Actus

Le Maroc primé pour avoir promu les femmes dans le milieu maritime

Écrit par FDM

Le 6 juin, le Maroc a été récompensé par l’UNESCO à New York pour son approche genre dans le milieu maritime qui compte aujourd’hui un tiers de femmes.

Au Maroc, le taux de femmes qui travaillent dans la recherche océanographique et halieutique s’élève à 33%. Un chiffre en augmentation grâce à la mise en place d’une approche genre pour que les femmes aient toute leur place dans ce milieu longtemps dominé par les hommes. C’est ce travail qui a été récompensé le mardi 6 juin lors d’une cérémonie organisée par la Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO, en marge de la Conférence de l’ONU sur les océans. Le ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, Aziz Akhannouch a ainsi reçu un prix des mains de la directrice de l’UNESCO, Irina Bokova. Cette distinction « nous ravit particulièrement, car l’égalité homme-femme dans les secteurs de la recherche n’est pas assez valorisée, et il ne saurait en rester ainsi », a soutenu le ministre.

Au Maroc, les femmes sont aujourd’hui aux commandes de quasi tous les secteurs de la pêche et des activités portuaires. Nadia Laraki dirige l’Agence nationale des ports (ANP), Amina Figuigui est directrice générale de l’Office national des pêches (ONP), Majida Maârouf dirige l’agence nationale pour le développement d’aquaculture (ANDA), Najlaa Diouri est aux commandes de Tanger Med, Amane Fethallah est directrice de la marine marchande, Zakia Driouich est secrétaire générale du ministère de la pêche maritime et Mbarka Bouaida a été nommée secrétaire d’Etat chargée de la Pêche. On trouve également un peu plus de femmes ingénieures qui se lancent dans le milieu maritime. Néanmoins, les femmes ne sont pas présentes partout. En effet, il y a « par exemple très peu d’officiers de la marine femmes, non pas parce que personne ne veut les embaucher mais parce qu’il y en a très peu dans les écoles », avait mis en avant Najlaa Diouri, lors d’une rencontre avec Femmes du Maroc, avant de rappeler que le seul moyen pour changer le donne est de sensibiliser.

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Commentaire