A la une Actus

Le mariage des mineures vu par l’artiste marocain Mostapha Romli

Écrit par FDM

Le mariage des mineures au Maroc est un sujet qui indigne l’artiste Mostopha Romli. Il le dénonce dans son travail “20-21”, exposé jusqu’au 20 juillet à la fondation Building Bridges à Los Angeles, aux États-Unis.

Entre 2004 et 2014, plus de 102 000 filles de moins de 18 ans ont été autorisées à se marier. Ces mariages précoces sont possibles grâce aux articles 20 et 21 du nouveau Code de la famille utilisés par certains juges pour déroger à cette interdiction. Un phénomène tout simplement inadmissible pour l’artiste Mostopha Romli, qui a décidé de s’emparer du sujet. Il le dénonce dans son exposition “20-21”, actuellement présentée à la fondation Building Bridges à Los Angeles aux États-Unis.

 

Pour amener son public à réfléchir sur ce fléau, il a décidé d’utiliser le portrait d’une jeune Marocaine au regard vide réalisé à l’époque coloniale. Ce visage insoutenablement triste et mélancolique se retrouve sur la plupart de ses toiles comme une marque du passé, lourde de sens et toujours présente. « Tout en nous conviant à une savoureuse délectation esthétique, les œuvres de cette thématique que Romli propose, cherchent à nous sensibiliser entre autres aux traumas de notre monde actuel. D’où ce retour à la carte postale coloniale pour capter l’infamie du mariage des filles mineures. » Car il ne faut jamais oublier que ces fillettes mariées de force ne vont généralement plus à l’école, ont des grossesses prématurées et, pour une bonne partie, sont victimes de maltraitance…

Commentaires

Commentaire

Commentaires

Commentaire