A la une Actus

Le diabète au cœur du 2ème congrès de la Société Africaine d’Endocrinologie Métabolisme et Nutrition à Marrakech

Écrit par FDM

Près de 600 spécialistes venus des quatre coins du globe seront réunis du 28 février au 03 mars à Marrakech à l’occasion du 2ème Congrès de la Société Africaine d’Endocrinologie Métabolisme et Nutrition. Un conclave pour réfléchir sur les moyens de stopper le diabète qui cause près de 10 % des décès en Afrique.

« L’endocrinologie et la diabétologie en Afrique », c’est autour de ce thème que des conférences et autres débats vont s’articuler tout au long du 2ème Congrès de la Société Africaine d’Endocrinologie Métabolisme et Nutrition qui se tiendra du 28 février au 03 mars au Palais de Congrès du Mogador Palace Agdal de Marrakech. Un événement organisé par la Société Africaine d’Endocrinologie Métabolisme Nutrition (SAEMN), en collaboration avec la Société marocaine d’endocrinologie, diabétologie et Nutrition (SMEDIAN). Autour de la table, près de 600 professionnels de santé du Maroc, du Maghreb, d’Afrique subsaharienne, d’Europe (Suisse, Belgique, France…) et d’Amérique du Nord (Canada) qui vont échanger ensemble sur les moyens de combattre les maladies endocrinologiques, nutritives et le diabète qui fait des ravages en Afrique. Cette dernière est responsable de près de 10 % des décès, comme l’alertent des chercheurs et médecins. Et les traitements sont trop chers pour la plupart des patients. « Les endocrinologues et diabétologues que nous sommes sont les premiers à voir les dégâts », souligne le Dr Hamdoun Lhassani, président de la SMEDIAN qui insiste sur  «l’urgence d’une synergie pour plus  d’efficacité » face à une situation alarmante. D’après la Fédération internationale du diabète (IDF), aujourd’hui plus de 415 millions de personnes vivent avec un diabète dans le monde, dont plus de 77 % dans les pays à faible et à moyen revenu, pour un coût estimé à 673 milliards de dollars chaque année. D’ici 2040, on dénombrera 642 millions de malades, dont plus de 42 millions en Afrique. Lors de ce congrès, rien ne sera laissé de côté : la prévention, toutes les « bonnes solutions » dans la prise en charge thérapeutique du diabète ainsi que les nouveaux traitements du diabète, l’éducation thérapeutique, ou encore les nouvelles technologies en Endocrinologie seront en effet au centre des travaux scientifiques. Un rendez-vous important, d’autant plus que, comme l’a souligné le président de la SMEDIAN, « l’un des défis majeurs de ce 2e Congrès africain d’endocrinologie, diabétologie et nutrition est d’engager des travaux de recherche entre les différents pays maghrébins et d’élaborer des recommandations adaptées au contexte régional ».

Commentaires

Commentaire