A la une Actus

La Princesse Lalla Meryem préside la cérémonie de clôture de la rencontre « Femme et enfant en situation de précarité »

Écrit par FDM

La Princesse Lalla Meryem a présidé, ce mercredi 21 février au Théâtre national Mohammed V à Rabat, la cérémonie de clôture de la rencontre organisée par l’Union nationale des femmes du Maroc et l’Observatoire national des droits de l’enfant, sous le thème « Femme et enfant en situation de précarité ».

La cérémonie de clôture de la rencontre « Femme et enfant en situation de précarité » a été présidée par la Princesse Lalla Meryem qui est engagée, depuis une trentaine d’années, dans le combat pour la promotion des conditions de la femme et de l’enfant, à travers la présidence de l’Observatoire national des droits de l’enfant et l’Union nationale des femmes du Maroc, les deux organismes organisateurs de ce événement. Son Altesse Royale mène, via ces deux institutions, plusieurs initiatives qui tendent à rendre justice à la femme et à l’enfant et à les faire bénéficier de la pleine citoyenneté. Lors de ce rassemblement, plusieurs personnalités étaient présentes comme le ministre de la Justice, Mohamed Aujjar, le ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Saïd Amzazi, ou encore le gouverneur-coordonnatrice nationale de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), Nadira El Guermai qui a présenté à cette occasion une note sur la précarité. Lors de son intervention, elle a rappelé que le Maroc a lancé plusieurs plans pour soutenir les couches sociales les plus en difficulté, visant une meilleure intégration et évitant ainsi qu’elles ne sombrent dans la délinquance. Parmi les programmes de l’INDH, on en trouve un dédié exclusivement à la lutte contre la précarité qui a profité à une large frange de la population, comme l’a appuyé Nadira El Guermai, nuançant qu’en dépit des efforts déployés, les besoins ne cessent d’augmenter en raison des mutations sociétales. A la tribune également, le Haut-commissaire au plan, Ahmed Lahlimi Alami qui a lui aussi mis l’accent sur les progrès réalisés par le Maroc dans le domaine de la lutte contre la précarité, soulignant que le royaume a réussi à réduire aussi bien en milieu urbain que rural et péri-rural, l’ampleur du phénomène de la pauvreté et de la précarité.

Le mariage précoce, « l’urgente nécessité de changer les mentalités »
Autre sujet abordé lors de cette cérémonie : le mariage précoce. Le magistrat et chef du Pôle du ministère public spécialisé et de la coopération judiciaire Amina Oufroukhi, a parfaitement rappelé que le mariage précoce prive la jeune fille de son droit de mener une vie digne, insistant sur l’urgente nécessité de changer les mentalités pour renforcer la conscience sur le fait que l’école est le milieu naturel où doit évoluer la jeune fille. La juge a également signalé que le ministère public est une institution qui oeuvre, et conformément aux instructions de la Princesse Lalla Meryem, pour le renforcement du rôle du parquet au sein des différentes juridictions du royaume, en vue d’assurer la protection des droits de l’enfant, la mise en œuvre des dispositions juridiques, ainsi que la poursuite de la mobilisation afin de recenser les cas soumis à la justice et de disposer de statistiques.

La feuille de route contre la précarité

De son côté, Mohamed Hourani, membre du conseil économique, social et environnemental, a exposé les orientations générales de la feuille de route luttant contre la précarité. Elle est composée de quatre axes : la connaissance, la gouvernance, la politique du droit et l’élaboration d’une politique dans ce domaine. L’objectif de ce plan ? Jeter les bases de nouvelles alternatives pour le renforcement de la prévention contre la précarité, notamment en ce qui concerne la numérisation, l’économie verte, l’économie circulaire et les énergies renouvelables. Et comme il l’a souligné, les programmes qui seront retenus doivent être menés dans les régions qui enregistrent un fort taux de précarité, dans les domaines de l’économie sociale et solidaire, l’éducation et la formation, la santé et les services.
(Avec la MAP)

Commentaires

Commentaire

loading...