A la une Actus

Jihane Bougrine chante « Khelini Alik », un single sur les violences faites aux femmes

Écrit par FDM

La première artiste marocaine à signer avec Universal Music Mena , revient ce 5 mars avec un deuxième single , après « Farha » qui a comptabilisé plus de 300 000 vues en quelques jours. « Khelini Alik » est un hymne à la femme et un cri face au fléau le plus répandu dans le monde : les violences faites aux femmes et le silence qui règne autour.

Sur un air de Rock Oriental mélancolique, le deuxième single de Jihane Bougrine, deuxième extrait de son album « Dima Labass » de sortie en juin 2020, est une complainte et un cri face à l’injustice. Un sujet encore trop tabou, mais une réalité quotidienne dans le monde certes qui sévit tous les jours au Maroc que ce soient des violences domestiques, agressions sexuelles, viols, mutilations génitales. La chanson a été composée et écrite par Jihane Bougrine, qui souhaite apporter un vent « Moroccan Wold » avec des airs de musiques du monde qui font voyager la Darija, sa langue maternelle.

Une chanson « enragée »

Dans la chanson, l’auteure compositrice et interprète décrit la fin d’un amour qui a mal tourné, la fin d’une histoire toxique, d’où on ne sort pas indemne. « La chanson raconte  la souffrance en général, que l’on ressent quand on aime trop ou lorsqu’on aime mal. Comment se construire après une rupture qui a tout détruit » confie la chanteuse qui a écrit le morceau en quelques minutes, un dimanche après-midi. « La chanson était une évidence, c’est un cri de douleur mais bien entendu un cri d’espoir, que la vie vaut la peine d’être vécue même après le pire et que le bonheur nous attend plus loin ». « Khelini Alik » est le deuxième extrait de l’album « Dima Labass » produit par Océan Vagabond, de sortie en juin 2020.

Un court métrage pour le clip

Le clip de la chanson est un court métrage réalisé par Bachir Belhamri et met en scène l’actrice Fatima Ezzahra El Jaouhari qui joue le rôle de Faty, une jeune femme qui dine avec sa meilleure amie Basma (campé par Basma Benkirane) , un diner où cette dernière compte lui présenter son fiancé, un « homme parfait » (Oussama Hajji).  « C’était évident pour moi de raconter une histoire et d’être au service de cette histoire à travers un mini court métrage où je serai une simple figurante » confie Jihane Bougrine , qui a écrit le scénario du clip. Le clip a été tourné à Casablanca, au ONOMO Hôtel City Center.

Commentaires

Commentaire