Actus fil info

Cueillettes de fraises à Huelva : Après le scandale, l’apaisement ?

Écrit par FDM

Les nouvelles saisonnières marocaines à Huelva, dans le sud de l’Espagne, viennent d’être recrutées. Une opération scrutée à la loupe depuis le scandale des ouvrières marocaines, en juin dernier, dénonçant les abus sexuels infligés par leur employeur.

7 500 Marocaines viennent d’être recrutées pour cultiver les champs espagnols. De nouvelles têtes qui rejoindront les 11 500 autres ouvrières ayant déjà participé à cette opération de cueillette de fruits. Une annonce révélée par le journal espagnol Huelva Informacion, quelques mois seulement après le scandales des abus sexuels dont ont été victimes plusieurs ouvrières marocaines. Mais derrière ces horribles révélations et la publication au même moment du livre-enquête « Dames de fraises, doigts de fée » de Chadia Arab, ce sont aussi les conditions de travail et les critères d’embauches qui ont été dénoncés. Ainsi, en novembre dernier, de nouvelles mesures, notamment le droit d’avoir une couverture médicale, ont vu le jour.
Résultat : les ouvrières marocaines qui démarrent cette nouvelle saison, toucheront un salaire de 37 euros/jour (soit 400 dirhams) pour six heures de travail quotidien et auront un jour de repos par semaine, une couverture médicale, ainsi que la prise en charge par l’employeur du loyer et des frais de transport. En revanche, elles devront s’acquitter des charges d’eau, d’électricité et de gaz (maximum 1,90 euro). La nouveauté aussi de ce recrutement ? L’embauche de femmes célibataires. Jusqu’ici, seules les mères de familles étaient recrutées, comme l’avait pointé du doigt Chadia Arab dans son livre. La raison ? S’assurer ainsi que les travailleuses saisonnières rentrent au pays….

Commentaires

Commentaire